ARRATAPUZAH

Contexte :
Fin mai 2005, AREED a réalisé une mission de repérage pour intervenir dans une zone affectée par le Tsunami dans le sud de l’Inde, au Kerala. Un conseiller français et un expert local, employés par l’AREED, ont rencontré les autorités du Panchayat (l’équivalent d’une commune) d’Arattupuzha (37000 habitants), situé dans le district d’Alappuzha.
Sur un nombre total de 15 circonscriptions, 3 sont considérées entièrement affectées par le tsunami, et 10 comme partiellement touchées. Dans ces 3 circonscriptions principales, 31 personnes ont perdu la vie, 800 maisons ont été entièrement endommagées, et 200 maisons partiellement endommagées. 100 maisons ont été partiellement endommagées sur les 10 autres circonscriptions. 10669 habitants ont été transférés dans des camps provisoires. Le tsunami a eu pour conséquence d’avoir déversé du sel et du sable dans les systèmes d’approvisionnement en eau et toutes les sources d’eau traditionnelles telles que les puits, les réservoirs et les canaux.
 
 
Historique :
AREED a été invitée à la table ronde au Ministère de l’Ecologie et du Développement durable afin de proposer des projets dans le cadre des interventions en post urgence en Asie après le Tsunami
 
Objectifs :
Le projet consiste dans ses grandes lignes à traiter la distribution de l’eau potable, l’assainissement individuel, les déchets solides rejetés en général dans les canaux (backwater) et du redéveloppement économique en particulier en relançant la pisciculture, l’industrie de la corde et le tourisme communautaire.
Son but est d’aider les villageois victimes du tsunami en leur apprenant notamment à mieux préserver et utiliser leurs ressources en eau.
Un projet réalisé sur trois ans et demi a été mis en œuvre en partenariat avec les autorités locales et une ONG spécialisée dans l’eau et l’assainissement appelée SEUF (Fondation de l’Unité Socio-Economique). Le projet, initialement baptisé « Punarjani » (Régénération) avait pour but de réduire les problèmes environnementaux et de contribuer au développement local d’une zone touchée par le tsunami dans la région d’Arattupuzha.
L’AREED, en février 2009, avec une délégation française composée de fonctionnaires et d’élus du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, a révélé que les communautés locales et les autorités sont très satisfaites de « Punarjani » et demandent que son intervention se poursuive non seulement dans les domaines de l’eau et de l’assainissement proprement dits, mais aussi dans un développement économique permettant de favoriser la préservation des ressources en eau. Les interventions de l’associations se renouvellent ainsi tous les ans.
Description de l’action :
– la récupération de l’eau de pluie,
– la réhabilitation des petits étangs remplis de sable et d’eau salée à cause du tsunami,
– l’installation de dix nouveaux puits à ciel ouvert,
– la mise en place de filtres domestiques pour l’eau utilisée par les familles,
– la réhabilitation des canaux en particulier le désalage,
– la création de bassins d’eau douce,
– la mise en place d’unités de gestion des déchets,
– la construction de 25 installations sanitaires familiales,
– la transformation de 75 toilettes existantes en toilettes sanitaires,
– la construction de 75 fosses de décantation,
– l’instauration d’une protection d’origine végétale (mangroves) dans les zones humides,
– l’expérimentation d’une technique de protection des côtes par la construction de dunes au lieu des digues utilisant des rochers, procédé coûteux et inefficace,
– améliorer la qualité des aquifères côtiers par un projet pilote basé sur une injection d’eau douce (eau de pluie des toitures) dans ces aquifères pour faciliter le drainage et le nettoyage,
– traiter les étangs d’eau douce stagnante par biorémédiation,
– la poursuite des analyses de la qualité des eaux.
L’AREED propose également d’étudier les liens entre la préservation de l’eau et le développement économique afin de démontrer leur compatibilité.
Les objectifs sont donc les suivants :
– soutenir les initiatives renforçant durablement la qualité des ressources en eau en intégrant des technologies à la fois traditionnelles et modernes,
– convertir les activités locales polluantes en des activités plus écologiques et soutenir le développement économique qui contribue à préserver l’eau.
 
Dans ce cadre, les principales activités du projet sont les suivantes :
– Accompagner la dynamique de préservation de l’environnement et de l’eau :
          par l’amélioration de la gestion environnementale (protection des canaux, récupération eau de pluie, réhabilitation des étangs…),
          par la construction des équipements environnementaux (filtres ménagers, gestion des déchets…)
– Soutenir les activités économiques liées à l’eau et à l’environnement:
          par le développement d’une filière écologique de la fibre de noix de coco,
          par la relance de la pêche intérieure et traditionnelle en réassainissant les eaux intérieures.
– Développer le tourisme communautaire:
          en créant une dynamique visant à inciter la population locale à ne pas polluer l’eau ni l’environnement afin de rendre l’endroit attractif pour les touristes,
          en favorisant la découverte de technologies écologiques pour la production de fibres de noix de coco, la pêche intérieure…
Financeurs :
– Conseil Général de Meurthe et Moselle ;
– 12 communes du département de Meurthe et Moselle ;
– la ville de Laneuveville-Devant-Nancy ;
– Agence de l’Eau Rhin Meuse ;
– Ministère des Affaires étrangères.
– Valorisation main d’œuvre locale
– MAE
– AREED
 
Bénéficiaires : 35 000
 
Sous-secteur d’intervention : assainissement , eau potable
 
Milieu d’intervention : rural
 
Type d’ouvrage eau potable : puits
Types de financement :
Etat, collectivité

Le projet en images